ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue Internationale de Géomatique

1260-5875
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2001 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
International Journal of Geomatics and Spatial Analysis
 

 ARTICLE VOL 22/3 - 2012  - pp.339-342
TITRE
INTRODUCTION

RÉSUMÉ

La Conférence internationale de Géomatique et Analyse spatiale, SAGEO (Spatial Analysis and GEOmatics), organisée par le GDR MAGIS et soutenue par le GDR S4, s’est déroulée en juillet 2011 à Paris sur une journée, au sein de la 25e Conférence cartographique internationale. Cela a constitué une formidable occasion de porter à la communauté internationale les travaux du GDR. Elle a rassemblé neuf communications et cinq posters, et s’est clôturée par un hommage rendu à Thérèse Libourel et Robert Laurini, pour leur engagement actif et dynamique dans la communauté interdisciplinaire rassemblée autour des questions de recherche en géomatique, dès les premiers pas du GDR Cassini il y a deux décennies déjà.

Le présent numéro spécial comprend six articles issus de cette journée SAGEO 2011. Sans en représenter une vision exhaustive, ces six textes, par leur diversité, illustrent néanmoins la pluralité des travaux menés actuellement dans le champ de la géomatique et des questions qui animent le domaine des sciences de l’information géographique. Avec des ancrages et des questionnements divers, ils rendent compte de démarches que l’on pourrait qualifier d’ « orientées information géographique », étant donné qu’il s’agit de construire, reconstruire, identifier, des objets, des organisations spatiales, des changements, tant dans le temps présent que dans le passé, à l’échelle fine du bâtiment où plus globale d’un environnement urbain ou agricole.

La géomatique associe des problématiques spatiales, issues des questionnements de thématiciens (géographes, architectes, archéologues, dans les présents textes), et des méthodologies et techniques issues des sciences de l’information. Dans certains articles les secondes sont au service des premières et l’objectif est alors de montrer comment la géomatique permet de donner à voir différemment, de manière enrichie, une information masquée, vague, pas directement visible. Dans d’autres articles l’objectif est de contribuer à faire sauter des verrous dans ces processus mêmes de représentation, en proposant notamment des algorithmes originaux, parfois dans des domaines très spécialisés comme celui de l’informatique graphique. Les titres des articles illustrent bien ces différentes ambitions : il s’agit de penser, modéliser (en référant, suivant les cas aux BD ou aux processus de changement en jeu), « faire dire à », reconnaître, visualiser, une information géographique.

Si ce numéro s’intitule « construction et reconstruction d’information géographique » c’est que ces enjeux nous sont apparus comme constituant un fil évident des motivations de l’ensemble des développements proposés. La plupart des articles reviennent dans un préambule plus ou moins appuyé sur le caractère incertain et insuffisant des données observables, relativement à ce qui serait nécessaire pour avancer sur les problématiques en jeu. Cette insuffisance peut être soulignent ainsi que les données incomplètes sont le propre des données archéologiques et Desjardins et al., dont la contribution concerne également les données archéologiques, réfèrent à la notion d’imperfection dans le titre même. Olteanu et al. considèrent que l’incomplétude, l’imprécision, l’incertitude sont les caractéristiques mêmes des enregistrements des données mobiles. Dans le cas de Janty et al. la difficulté est de saisir le changement des pratiques agricoles en l’absence d’une référence spatiale fixe. Dans les deux autres cas (Suleiman et al.) il s’agit également de construire de l’information géographique mais plutôt dans la perspective d’améliorer la représentation d’une réalité.

Aussi l’ensemble de ces articles comprend une phase de re-construction d’une information. Il s’agit d’identifier, de reconnaître, de détecter, des objets, des mouvements, des changements. Dans ce but, différents types de modèles sont mobilisés : des modèles ancrés dans la thématique (telles traces archéologiques ou formes urbaines, organisées suivant tel schéma, représentent probablement tel objet architectural) et des modèles de données spatiotemporels associés. Barge et Régagnon ont ainsi pour objectif de « donner à voir ce qui sur le terrain n’est pas visible », donner à voir une ville médiévale, dans ses principaux agencements, l’image produite correspondant à une interprétation de l’archéologue, avec la possibilité de multiplier les points de vue sur ce qu’a pu être cette ville. Le SIG proposé est à la fois un outil de communication (vers le grand public), de dialogue et d’exploration (pour les scientifiques). Cette approche, tout comme celle de Desjardins et al. permet de reconstruire des objets (bâtiments, places par exemple) à partir de modèles (sous forme de règles) appliqués aux relevés bruts, et de représenter le paysage urbain avec son agencement de bâtiments, de rues, etc. De telles représentations facilitent le test, la remise en cause, des modèles interprétatifs sous-jacents. Dans certains cas la reconstruction passe par une phase de « déconstruction ». Il s’agit ainsi pour Olteanu et al. de reconstruire dans une première phase des trajectoires à partir des traces des téléphones mobiles, et dans une deuxième phase de « déconstruire » ces trajectoires pour identifier les mouvements et repérer les « arrêts » (« stations »). Ces arrêts permettent enfin d’identifier « l’espace des lieux touristiques ». Tout comme dans les cas précédents il y a ainsi deux échelles en jeu ici, celle des stations et celle des espaces touristiques. Partant du mouvement pour identifier les « arrêts », ceux-ci sont ensuite qualifiés grâce à la sémantique du lieu. L’information est ainsi enrichie grâce au contexte géographique.
[...]



AUTEUR(S)
Hélène MATHIAN, Lena SANDERS

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (73 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier